Home Ille-et-Vilaine.fr

Mediatheque-départementale
  • RSS
  • Nous contacter
  • Nous suivre sur Facebook (MDIV)
  • Nous suivre sur Twitter (MDIV)

Parcours musical

publié le 20.01.2015

Parcours de découverte musicale : Soazic et l’électro

  • Trip-Hop

La voix fragile de Beth Gibbons envoyée sur les ondes me touche. Ce son, tel qu’il sort, est un conte sonore encore inédit pour moi.
Le groupe se nomme : « Portishead »
L’album : « Dummy ».
Mon morceau préféré : « Glory Box »

Ce son particulier c’est du trip-hop, c’est la contraction de « abstract hip-hop » né début des années 90 à Bristol. Le tempo est celui du hip-hop, sur lequel vient se greffer toutes sortes de sons et d’influences : du jazz, du dub, des sons électroniques, de la soul, etc. J’ai aussi découvert tous les genres qui en découlent ou sont apparentés : downtempo, electro-dub, electro-jazz…et les artistes : St Germain, high tone, Tricky, DJ Cam, DJ Shadow, Kid loco, Amon Tobin, les légendaires Massive Attack et Björk, Morcheeba, Wax Tailor… Je m’arrête là mais la liste est encore très longue. Si vous voulez plus d’info sur le trip-hop, les artistes majeurs, les genres associés, les albums incontournables, allez surfer sur : www.trip-hop.net  ; playlist trip-hop

Mention spéciale pour l’album « Relight » de Dubphonic sorti fin 2009.

Ecoutez l'album
L’album, tissé d’influences variées, n’empêche pas un ensemble cohérent qui s’écoute comme du petit lait !

Le groupe a fait l’album « smoke signals » il y a 6 ans, 100% électro-dub donc plutôt destiné aux amateurs du genre.
Pour les autres « Relight » est parfait. Je croyais ce genre tombé en désuétude mais cet album prouve le contraire. C’est un trip-hop dépoussiéré et riche, orné de voix classieuses, que nous a concocté Dubphonic dans cet album, qui, pour ma part mérite bien son titre : « Relight ».
Voilà, mon entrée dans la musique électronique s’est faite par la porte « Trip-hop ». Bien sûr, ce genre n’est pas le pionnier, il est même très jeune par rapport à certains autres comme le disco, hip-hop, EBM, house, techno, dub…

  • Ma 1ère rencontre avec un genre majeur de la musique électronique : La House

En bonne rennaise que j’étais, c’était bien sûr aux Transmusicales de Rennes dans un décor de rave !
1996 : J’entends pour la première fois Carl Cox et Daft Punk. Carl Cox est britanique, il fait principalement de la techno, breakbeat, acid house, big beat. Daft Punk, je ne vous fais pas l’affront de les présenter ! Je me permets cependant un vif conseil : L’écoute de l’époustouflant album «Alive 1997». L’album ne contient qu’un seul morceau qui dure 45 mn. Pour moi, on n’a pas fait mieux dans le genre depuis. C’est mon album house de référence, perso, je m’en sers comme album témoin. Une tuerie.

Bien sûr les pionniers ne sont pas les Daft Punk. La house est née à Chicago à la fin des années 1970. On dit house parce que les nouvelles technologies ont permis de faire cette musique à la maison. C’est aussi le nom contracté de Wharhouse, le club d’où tout est parti avec le DJ résident d’alors : Frankie Knuckles. Dans le genre pilier il y aussi Ron Hardy. Des boites à rythmes greffées sur de l’italo-disco (disco synthétique), high energy, synth-pop électro-pop ou électro-funk (Afrika Bambaataa sur «Planet rock» en 1982), rendent un son plus dur, qui tourne autour de 120-130 bpm (beat per minutes).
Sans Giorgio Moroder («I feel love», «Love to love you baby» interprétés par Donna Summer ou Cerrone et quelques autres, la house ne serait pas.
L’un des premiers à sortir un titre house en 1983 est Jesse Saunders avec « On and on ».
Aux Etats-Unis la mayonnaise n’a pas vraiment pris malgré Robert Owens ou Marshall Jefferson et son célèbre «Move your body».
Sans ces pionniers, pas d’explosion de la house en Europe, pas de deep house, ni d’acid house (vers 1988) qui est possible grâce à un outil : la TB 303.
Playlist House

  • La Techno
En 1977, un dénommé Mojo anime une émission de radio «Electrifying Mojo». L’animateur mélange de la musique noire, des productions du label Motown jusqu’à du son européen comme Kraftwerk, Depeche mode…
Ce savant mélange donnera naissance à la techno de Detroit au début des années 1980. Les créateurs sont de fervents auditeurs de l’émission ils se nomment : Juan Atkins et ses copains de lycée Derrick May et Kevin Saunderson.
De 1981 à 1985 Juan Atkins et Rick Davis forment «Cybotron». Leur son electro est proche des productions d’Arthur Baker, de Kraftwerk ou encore de dépêche mode.
En 1985, Cybotron n’existe plus et Juan Atkins crée son propre label, le 1er label techno à Détroit : «Metrolex».
La nouvelle vague arrive dans les années 90 avec Jeff Mills, Richie Hawtin et Carl Graig.
La techno comme la house est restée «underground» aux Etats-Unis et comme la house elle a explosé en Europe. La techno est mixée dans les raves puis dans les freeparty, des genres musicaux au rythme plus rapide (150 à 250 bpm), en découlent : La hardtech, la trance, la tribe, le hardcore… Des sons faits pour danser jusqu’à la transe !
Playlist Techno
 
  • L’Evolution de la techno vers l’électronica, l’ambient :

Je ne pourrais pas définir ces musiques, ce que je peux dire sans me tromper, c’est que ces musiques ne sont pas faites pour les dance floor mais pour écouter à faible volume chez soi. Il n’y a pas de rythme bien défini. Le créateur de l’ambient est Brian Eno. Ces genres musicaux sont apparus 1990-2000.
L’électronica est une musique expérimentale qui me rappelle le bruitisme des pionniers comme Russolo, Pierre Henry ou Pierre Scaeffer. Aphex Twin un est groupe représentatif de ce genre.
Playlist electronica/ambient

  • Drum & Bass
J’ai fait connaissance avec Madame drum&bass aux Transmusicales de Rennes (eh oui encore !), c’est Roni Size qui me l’a présentée sur son emblématique album « repreazent ». A l’époque, on appelait ça de la jungle, la différence ? Il y en a qui disent qu’il y en a une, je n’ai pas dû saisir la subtilité…Il semblerait que je ne sois pas la seule. Moins ragga peut-être…
Ce genre est né à Bristol et à Londres vers 1994. On utilise les breakbeats du hip-hop, qu’on redécoupe, qu’on bricole avec l’ordinateur. De puissantes basses lentes sur le rythme rapide (170 bpm) donnent la D&B (Batterie et Basse en français).
Comme à chaque fois une multitude de genres sont dérivés de la D&B : Le breakcore (+rapide et syncopé), le dubstep (+lent 130 bpm), nu break, hardstep…
Playlist Drum&Bass

En savoir plus

http://eskalequilombo.free.fr/EskaleQuilombo/index-histoiren.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Drum_and_bass

http://www.axelibre.org/musiques/drumnbass.php